portail des écrivains indépendants

Ecrivains ne croyez pas forcément les éditeurs

...
Ni madame la ministre de la culture qui suit la même politique que son prédécesseur

écrivains reveillez-vous

"Ecrivains réveillez-vous", certes un appel aux 500 000 auteurs des oeuvres que les éditeurs veulent accaparer (avec l'aide des gouvernements successifs) mais surtout un appel à l'ensemble des écrivains

A peine installée Aurélie Filippetti est déjà LA GROSSE déception de la gauche : elle va suivre la politique des éditeurs, semble complètement aveugle à la révolution numérique...

18 juillet 2012... je demande la démission de madame Aurélie Filippetti. A l’assemblée générale du SNE, le Syndicat national de l’édition, elle avait déjà balancé : « Tous les textes ne sont pas des livres et c’est à l’éditeur que revient de faire le partage ; c’est lui, qui, devant la multitude des textes, doit porter la responsabilité de savoir dire non, quitte à, parfois, commettre une erreur. Il n’y a pas de livre sans éditeur ; l’éditeur distingue la création, puis il l’accompagne. » Elle pouvait avoir l'excuse du lieu, elle doit sûrement penser qu'elle était là (sur scène) pour cirer des pompes (très bien, son prochain roman sera "bien édité" !) Mais elle a récidivé d'un "tous les textes ne sont pas des livres. C'est l'éditeur qui fait la littérature " à Nicolas Gary, pour le site ActuaLitté (son article), le même jour. Depuis, aucune excuse envers les écrivains indépendants...


Contenu de l'ebook (au format PDF avec numérotation des pages) :
contenu écrivains reveillez-vous suite contenu écrivains reveillez-vous

En vente chez les meilleurs libraires du net
(2 euros 99 seulement)
Liens : Amazon,Itunes ,immateriel (version ePub, version Kindle, + version PDF si vous ne possédez pas de liseuse) et les autres.





Noter votre commentaire

- le 11 février 2013 à 21 heures 22
par ternoise précise : Je redemande la démission d'Aurélie Filippetti en février 2012 et c'est Benoît XVI qui démissionne ! Et si je demandais la démissionne de Martin Malvy ?

- le 09 février 2013 à 13 : 32
par jean-marc : Je découvre vos écrits sur Aurélie Filippetti, c'est assez scandaleux qu'aucun média ne les ait évoqués...

- le 21 juillet 2012 à 21 : 20
par Bernard Nilles : les principaux éditeurs abusent de leur position dominante envers les auteurs et généralement ils ne sont guidés que par l'idée qu'ils se font sur la qualité d'une oeuvre à savoir : elle est jugée bonne si l'auteur à une notoriété et permet sans effort de faire un chiffre d'affaire en un temps record. Cette attitude détruit la qualité et occulte le talent. C'est une escroquerie intellectuelle. De plus verser 10% à l'auteur n'est pas autre chose qu'une injure pour son oeuvre.



Numériser oui mais...

La bibliothèque numérique européenne, lancée en 2008, via le portail Europeana, propose 19 millions de documents gratuits.
La numérisation, en France, avec l’argent du « grand emprunt », avance, galope serait excessif. Gallica, le projet français de bibliothèque numérique, développé par la Bibliothèque nationale de France (BnF) depuis 1997, a ainsi pris son véritable envol.
« Cependant, à l’heure actuelle, tout projet de numérisation à grande échelle se heurte à la question des droits d’auteur. Une institution ne peut, en effet, sauf exceptions particulières, numériser et mettre à la disposition des internautes des œuvres protégées sans avoir obtenu auparavant l'assentiment des titulaires des droits d'exploitation numérique de ces oeuvres. »
Hervé Gaymard, député, dans son rapport aux parlementaires, le 18 janvier 2012. Assertion choquante ! Faudrait-il que le travail des écrivains soit offert à la BnF quand la moindre numérisation non autorisée de Google suscite les pires hurlements ?
La diffusion gratuite est naturellement limitée aux oeuvres du domaine public.
Le domaine public étant, sauf exceptions (guerres), soixante-dix ans après le décès de l'auteur.

Voir sujet précédent du forum
Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter un nouveau sujet en respectant le thème du site.